Quelques dates à noter pour la vie de notre paroisse : 

  • Lundi 3 avril à 20h30 : réunion des équipes de liturgie pour préparer le mois de mai. Elle aura lieu au presbytère. 
  • Lundi 1er mai à 19h (église St Jean): répétition des chants pour l'ordination de Louis.
  • Dimanche 7 mai: ordination de Louis à la cathédrale de Bayeux à 15h. Un apéritif dînatoire suivra. Les enfants seront accueillis d'une manière spécifique.

Edito - Avril

Il va bien falloir voter

Les 23 avril et 7 mai, nous élirons notre nouveau président de la république, puis en juin nos députés. Comme vous, je m’interroge sur mon propre vote. Je vous propose dans les lignes qui suivent une synthèse d’une réflexion intéressante de l’abbé Pierre Amar du diocèse de Versailles (Padreblog)

« Beaucoup ne sont guère satisfaits de cette campagne présidentielle.  Notre pays si fragilisé aurait pourtant bien besoin de profiter de ces élections pour vivre un vrai temps de discernement. Discernement sur les questions majeures que nous rencontrons, les solutions à apporter, celui ou celle qui pourra le mieux les porter, discernement enfin sur les fondements et les repères communs qu’il nous faut retrouver pour vivre ensemble et que nous aurons à transmettre aux générations qui viennent.  

Malgré tout, il va bien falloir voter. L’Eglise rappelle que c’est un devoir moral pour tout catholique (voir Catéchisme de l’Eglise Catholique § 2240) et pas seulement un droit. Il faudra donc choisir. Sur quels critères ? L’Eglise donne-t-elle des consignes de vote ? Bien sûr que non. Elle en appelle au contraire à notre conscience, se mettant au service de notre liberté en éclairant notre discernement. En cela, nous restons responsables de notre vote. C’est aussi ce qui explique qu’il peut y avoir un réel pluralisme chez les catholiques. Je vous propose trois étapes pour notre discernement.

1-     Revenir au programme. Prenons le temps de lire ces programmes à la lumière des deux textes que nos évêques nous proposent [1]Le premier liste quelques sujets essentiels sur lesquels ils attirent notre attention : projet de société, respect de la vie, éducation, famille, précarité, écologie, travail, immigration, violence, moralisation de la vie publique… [2]Le deuxième dresse un constat grave et sérieux de la société, pour discerner les enjeux.  « Quel programme semble le mieux prendre en compte, même de façon imparfaite, les enjeux les plus décisifs pour notre société, avec l’éclairage que notre foi peut leur donner ? ».

2-     Empêcher de nouvelles transgressions. Notre conscience chrétienne doit rester particulièrement sensible aux questions éthiques qui touchent aux fondements même de la société, c’est-à-dire à l’anthropologie sur laquelle se construit une vision authentique du bien commun. On touche là, comme l’ont toujours affirmé les papes, à la racine de tous les autres droits. Tout ce qui abîmera encore le respect de toute vie, la filiation, la famille, abîmera encore un peu plus toute la société.

3-     Quel candidat et quelle équipe ?  L’élection n’est pas une canonisation. Je ne réclame pas des candidats une perfection qui n’est pas de ce monde Quelle est la capacité à gouverner des uns et des autres, dans le contexte national et international que l’on connaît ? Il ne sera pas seul à exercer le pouvoir. Il va arriver avec une équipe, il va nommer des ministres, des hauts-fonctionnaires. Au-delà des qualités et des limites du candidat, fera-t-il émerger autour de lui des figures qui pourront porter l’idée du bien commun ?

Ne laissons personne décider pour nous. Ayons cette liberté intérieure qui nous fait celui ou celle que nous reconnaîtrons comme notre autorité légitime Ce n’est pas d’abord un choix affectif, c’est d’abord un choix de la raison.  Que chacun discerne, choisisse et agisse aussi : c’est en parlant, en échangeant, en faisant vivre ce dialogue de fond, que notre choix et celui de ceux qui nous entourent pourront converger vers le bien commun ! Le pape François le disait aux jeunes à Cracovie : « ne laissez pas l’histoire se faire sans vous. »

 

Père Laurent Berthout

[1] « 2017, année électorale : quelques éléments de réflexion » http://www.eglise.catholique.fr/conference-des-eveques-de-france/textes-et-declarations/422466-2017-annee-electorale-quelques-elements-de-reflexion/

[2] « Dans un monde qui change, retrouver le sens politique » Conseil permanent des évêques de France. Bayard Editions 2016